Les missions à Antsirabe

Missions 2018-2019

 

Depuis la création de Fleurs de Prunier, une à deux fois, par an des membres du CA visitent le Centre.

Ces voyages annuels sont indispensables pour évaluer et vérifier le travail réalisé sur place. Mais aussi pour garder la conscience de ce que vivent les malgaches au quotidien. Les rencontrer crée des liens humains et fraternels bien au-delà de l'aide financière.

Et le souvenir des moments de bonheur et de rire partagés avec les enfants, les parents et le personnel !!

Voilà un aperçu de notre travail lors des dernières missions avant la Covid. Nous espérons repartir rapidement :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du 27/04 au 10/05/2018 par Marie-Pierre Gabayet :

 

Achat d’artisanat à Tana et Antsirabe pour la revente au bénéfice de l’association.

Travail administratif avec le directeur (Tiana) et l’ensemble du personnel, point sur les microcrédits, sur les situations de certaines familles et avec les instituteurs pour la préparation des cours.

Entretiens avec des parents. Visites dans les familles.

Organisation, avec la bibliothécaire de l’Alliance Française, de séances pour les petits tous les 15 jours : Projection de vidéos, CD, lecture de livres…

Visite au CSBII, dispensaire où vont les familles de nos enfants. En fait, la cotisation que l’on paye ne sert que pour nos familles, un peu comme une mutuelle.

Visite du centre de rééducation de Mickaël, handicapé. Les appareils sont très rudimentaires, mais les enfants ont l’air contents d’y aller.

 

Visite de courtoisie au Ministère de la Population qui présélectionne les familles les plus nécessiteuses avant notre propre sélection.

Distributions des repas aux enfants des rues avec les pousse-pousse du cœur (PPDC) et notamment dans un nouveau quartier, avec spectacle de cirque par les enfants du Centre.

Réunion des parents, l’occasion de rappeler les règles qui doivent être respectées, présence aux réunions, assiduité des enfants, importance des courriers, respect des fournitures et des vêtements, hygiène.

A L'Alliance Française

A l'Alliance Française

Septembre 2018 par Marie-Pierre Gabayet :

 

Participation à deux camps de vacances avec les enfants et les 5 jeunes étudiants français en médecine qui en ont permis l’organisation.

D’après le fichier de 33 enfants envoyé par le Ministère de la Population, sélection, puis visites de 13 familles pour le recrutement des 8 petits nouveaux enfants qui vont intégrer le Centre à la rentrée.

Distribution des repas aux enfants des rues avec les pousse-pousse du cœur (PPDC).

Fianarantsoa.jpg

Le récit des 2 camps par les enfants.

Cliquez pour la lecture

Tana.jpg

Mai 2019 par Marie-Pierre Gabayet :

 

Achat d’artisanat pour la revente au bénéfice de l’association.

Entretiens avec de nombreux parents et visites dans les familles.

 

Rencontre avec le nouveau directeur de l’Alliance Française pour mettre au point l’usage par les élèves des activités disponibles. Proposition d’animations pour les petits à l’Alliance ou au Centre.

Comptabilité et contrôle financier avec la Direction.

Un enfant malade nécessite une hospitalisation et malheureusement décède de malnutrition.

Rencontre avec les chefs de quartiers (fokontany). Leurs accords et leurs soutiens sont indispensables pour la distribution des repas aux enfants des rues.

Préparation de l’arrivée de trois jeunes étudiantes  françaises en médecine durant l’été. Elles passeront 3 j/semaine au CSBII.

Et séance de bricolage avec les enfants.

Avotra et Daniel testent le reblochon

Automne 2019 par Nicole et Bernard Mercy :

Achat d’artisanat.

Participation à la rentrée des classes. Une journée dans les classes des petits et photographies à envoyer aux parrains-marraines.

Tournée d’inspection des sanitaires et cuisine. Il faut régulièrement insister et rappeler les consignes d’hygiène.

Réparation du chauffe-eau solaire et construction d’un abri de stockage qui sera fini plus tard. Tout est compliqué sur place du fait de la pauvreté et de l’absence de matériaux de qualité.

Deux pousse-pousse accidentés deviennent un seul et Nicole et Bernard décident d’en acheter un neuf.

Participent à plusieurs distributions de repas. Tout se passe bien et l’équipe est vraiment rodée et efficace.

Repas pris au réfectoire, nourriture très correcte et belle ambiance.

Le pousse-pousse accidenté

Brigitte et Georges BRULARD – Yannick ESHAYA CHAUVIN – Du 2 au 7 décembre 2019 :

Participation aux activités du Centre et aux cours : Révisions d'anglais, rattrapage scolaire, formation aux premiers secours à tout le personnel par Yannick.

Repas de midi pris avec le personnel et les enfants.

Alliance française : Nos enfants n’y sont pas à l’aise et la fréquentent irrégulièrement. Il leur est difficile d’y aller après les cours. Vu le coût, nous n’inscrirons que les volontaires.

Tri des vêtements que nous distribuons aux enfants.

Finition de l’abri de stockage commencé par Bernard.

Bricolages de Noël et répétitions des chants avec les enfants. Beaucoup de discussions avec les enfants.

Réunion avec la quasi-totalité des parents (119 familles) très fructueuse. Nous rappelons les règles indispensables de propreté des enfants, obligation de présence des enfants et des parents. Le Centre ne remplace pas les parents pour l’éducation des enfants.

Participation aux distributions des "Pousse-Pousse du Cœur", toujours aussi émouvantes et en constante amélioration dans l'organisation.

Visite de la prison d’Antsirabe, partie hommes. Une expérience très éprouvante, les conditions sont quasi inhumaines. Et pourtant ils ont à cœur de nous offrir un petit concert improvisé !

Cours de secourisme

Abri de stockage

Les travaux de la cour

La peinture du réfectoire

                 

Un grand « coup de chapeau » à Marie-Pierre et Colette pour leur dévouement, et leur courage. Les journées passées au Centre sont très intenses et elles ne ménagent pas leur peine pour tenter de résoudre, ou éclaircir les situations les plus diverses, tant auprès des familles, que des enfants et bien évidemment des professionnels sur place. Et cette période est la suite d'un an de travail en amont... 

 

Le Centre, c'est aussi, « le Pousse-pousse du cœur »

La distribution de repas aux enfants des rues est restée un moment intense. Ces enfants affamés qui attendent leurs assiettes, après le lavage des mains m'ont profondément émue et je pense souvent à eux. Que deviennent-ils ? De quels prédateurs sont-ils la proie ? Les battants et les vaincus se dessinent déjà au sein de ces groupes. Les regards de certains d'entre eux sont encore dans mon esprit.

 

Encore merci à Marie-Pierre de m'avoir embarquée dans cette aventure humaine, qui ne laisse pas de marbre, et bravo pour cette réalisation, à laquelle il faut souhaiter « bon vent », mais s'interroger aussi sur sa pérennité. Annie

Mission du printemps 2017

 

Madagascar, c'est l'ile aux « parfums ». Le sens olfactif est très sollicité dans cette belle île. Qu'elles soient agréables (fleurs, cacao etc…), ou nettement moins attractives, les odeurs sont présentes partout souvent indéfinissables. Je suis rentrée avec elles.

Les paysages, cultures, types morphologiques multiples, incitent à y retourner pour encore découvrir « autre chose ».

Une constante : le sourire, surtout des plus démunis...Particulièrement des enfants, même si leurs yeux (est-ce mon interprétation ?) laissent paraître une certaine tristesse.

 

Le Centre :

Antsirabe n'est pas Antananarivo, mais malgré tout, le Centre donne l'impression d'une « bulle de sérénité », au sein de la ville. Lors de notre passage, l'ambiance ressemblait à celle d'une « ruche en pleine activité », les enfants semblent « protégés » dans ce lieu. J'ai été touchée par leur discipline (mise en rang, attente à leur place avant l'arrivée du gâteau d'anniversaire, empilement des assiettes après avoir goûté...)  de quoi faire rêver mes amies institutrices.

Leurs sourires et leur joie à la réception des cadeaux (vêtements....), restent un moment inoubliable.

Cependant, impossible de ne pas se questionner sur leur avenir, à la fois proche (leur sortie de cette « bulle » au quotidien), et plus lointain, après leur départ du Centre, …